D'essence

Publié le par aimepaix

Invalide et immobile
Arrêtée et inutile
Je regarde jaillir les mots
Le regoûte des sons nouveaux
J’écoute le flot de leurs gestes
J’écoule des larmes qui délestent
C’est tout ce qui me reste.

Publié dans Pensiverie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
je vois que tu écris de bien jolis poèmes et que tu es sur over blog comme moi (kiné rencontré en rhumato pendant les séances d'electro!!!)
Répondre
A
Merci d'être passé, le kiné de rhumato, cela me fait vraiment plaisir. J'aime ces rencontres inattendues qui apportent un peu de doux dans les moments durs...
M
Allez, courage! Les mots pourront te guérir! :)
Répondre
A
Les mots, les élongation, l'ostéo, la phisiothérapie et la kiné ! Avec tout ça, on va y arriver !
C
Douleur physique est mère de douleur psychique. La 1ère aussi intense soit-elle est plus facile à contràler que la 2ème, expérience faite récemment.<br /> Merci de ton passage et bon lundi :)
Répondre
A
C'est comme la poule et l'oeuf, parfois ... Quelle souffrance génère l'autre ?
Q
Je te comprends pour la douleur, c'est la douleur physique qui est la plus insupportable quand elle se montre et qu'elle nous empêche de mener à bien le quotidien, je connais...<br /> <br /> Alors, c'est vrai que là, je n'y avais pas pensé.<br /> <br /> Je te souhaite... que ça aille mieux, et peut-être aussi, de trouver les gestes qui pourront compenser.<br /> <br /> :0010:
Répondre
A
Merci. Pour les gestes, je cherche. Pour le reste, ça s'améliore, à grands coups de thérapies multiples et variées !
G
je te dis la même chose que Quichottine,Fernando et Jean-Luc...Courage !
Répondre
A
Je crois que je suis une optimiste désespérée ... Quand j'écris, soit je délire et je joue, soit je désespère. D'autant plus que je cache ma douleur sous l'humour, les pirouettes, dans la réalité ... L'écriture, c'est aussi une soupape de sécurité.