Ver de taire

Publié le par aimepaix

Le soir où j’ai cessé
De garder mes larmes cachées
Je les ai regardées tomber
Sans fin
Et enfin
Avec elles j’ai touché terre
Pour ne plus toucher taire
De ce moi complément taire
De ce bout supplément taire
Qui ne savait s’exprimer.

Publié dans Pensiverie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

AL maury 19/01/2008 20:32

Ha ! voilà qui ne me laisse pas de fer
Je me "forgerais" à tes vers
Et ne me terrerais plus !
AL +

aimepaix 23/01/2008 18:31

Tant que tu ne te laisses pas faire !

Mélisande 15/01/2008 23:25

Il ne faut jamais taire ses larmes... et encore moins d'aussi bons jeux de mots! ^^

aimepaix 16/01/2008 17:35

Oui, pour ma part, j'ai appris à laisser la tristesse s'échapper par les larmes. Mais j'ai mis du temps à comprendre.

FERNANDO BRONCHAL 15/01/2008 22:09

j'aime bcp tes mots
besos

aimepaix 16/01/2008 17:30

Merci, d'autant que celui là, je l'aime bien. De texte, de jeu avec les mots. Quand j'arrive à jouer en faisant sens, cela me plait.

123 15/01/2008 21:09

Yes ! néanmoins lorqu' on parle avec les yeux, parfois, ça fait encore bien plus de bruit !

aimepaix 16/01/2008 17:25

Oh que oui. Et dans tous les sens, le bruit des yeux.

Roland Laurent 14/01/2008 18:11

Un ver de taire, ça va, deux vers attention les dégats après, c'est le silence....
Poétiquement Roland

aimepaix 15/01/2008 11:49

Exactement !